P1010698C

13.BRAVA

Partis à 13h de Mindelo, on arrive à 8h30 au mouillage à l’ouest de Brava. La traversée a été un peu pénible avec une houle de travers, rendant le bateau inconfortable, mais le mouillage à Faja da Agua est magnifique :

Il y a du monde au mouillage, Gilles de Getaway trouve que c’est pas sécur’ , dommage….

On reprend une heure de mer de face pour aller se mouiller dans le « port » de l’ile Furna au Nord Est

Ils sont en train de refaire le quai pour les cargos et nous sommes dans les marteaux piqueurs et autres tracte au-pelle merci Gilles

Le Cap Vert a un très grand nombre d’expatriés et ils envoient des cadeaux pour Noël : ils attendent l’arrivée d’un cargo et se dépêchent de finir-sécuriser le quai. Ils travaillent jusque tard dans la nuit 1H du mat !!) et nous profiteront de cette ambiance sonore ….merci Gilles

Brava est la plus au sud ouest de l’archipel et c’est la plus petite (64km²) à être habitée en permanence. Elle a un relief élevé et pour beaucoup c’est la plus belle ile, verte et fertile de l’eau et des cocotiers d’un coté et aride et désolée au sud.

Le coté positif c’est que c’est plus facile de débarquer et qu’à terre il y a Albert un Cap Verdien qui nous a aidé à amarrer nos bateaux mais surtout qui parle très bien Français. Il nous servira de guide tout le lendemain …merci Gilles

Albert nous attends le lendemain avec un aluger. Il a l’habitude de balader des touristes en bateau ou en randonnées.

La ballade démarre par la capitale Vila de Nova Sintra construite par des portugais avec ses grandes maisons et ses grandes rues, pleines de verdure

La ballade continue

Ils ont taillé la route directement dans la montagne

Impressionnant non ?

Notre premier mouillage vu du haut

Albert explique à Martial que pour 10000€ on a un terrain et pour 20000€ on a la maison ici….ça vous dit ? vue mer imprenable….

On passe par une piscine naturelle, couleur de l’eau ….translucide, turquoise…on en boirait !

la vie s’écoule paisible…..

Sourires d’enfants à qui on a offert des petits jouets et de leur maman qui brode des nappes pour les vendre

Visite d’une fromagerie : je suis impressionnée par la propreté. On leur achète des petits fromages de chèvre en toute confiance

Après un repas dans une auberge locale, retour aux bateaux. Avec regrets je quitte Albert notre guide du jour, j’aurais bien passé quelques jours de plus pour qu’il nous fasse faire des randonnées et encore mieux comprendre son ile ….mais nous voulons être à Noel au Brésil et nous avons encore de la route.

L’eau est tellement belle que nous décidons de prendre une journée de repos-baignade avant le grand saut.

Nous décidons de partir pour une crique aux fonds de sable que nous a indiqué Albert. Nous arrivons à la tombée de la nuit dans une crique occupée par des pécheurs.

Le lendemain, PMT (Palmes, Masque, Tuba) : les fonds sont très poissonneux, on peut même observer des tortues.

Les pécheurs veulent nous vendre du poisson, des fruits : j’achète des bananes et des papayes qui accompagneront notre traversée. On est dimanche et les enfants du village voisins descendent dans la crique pour se baigner . Evidemment nous sommes l’attraction du jour, ils viennent à notre rencontre à la nage

Nous avons vite un attroupement à l’arrière du bateau

Martial gonfle le stand up paddle, les plus grands essayent de tenir debout, les petits s’en servent de plongeoir.

La bonne humeur et les rires d’enfants nous envahissent. Adrien qui d’habitude a du mal à communiquer avec des étrangers se jette à l’eau (dans tous les sens du terme) et échange des rires, des sourires, deux mots espagnols et 3 anglais.

Un grand moment de bonheur partagé

Les tous petits qui ne savent pas encore nager n’ont pas résisté : ils arrivent tout nus avec en guise de bouées un bidon d’eau et des bouteilles vides

Dans l’excitation générale ils laissent s’échapper leurs flotteurs. Au moment du retour on n’a pas le cœur de les laisser se débrouiller seuls et Martial va les raccompagner à la plage

Mais le « bus de ramassage » se chargera au fur et à mesure très discrètement ….

Martial a du mal à finir le voyage.

C’était un moment de joie et d’échanges qui restera dans nos cœurs

Nous retournons dans notre tout premier mouillage pour préparer notre traversée.

Adrien est fier d’avoir su créer un contact

Le régime de bananes est à poste, nous sommes prêts pour la traversée

Nous quittons le Cap Vert avec des regrets : nous serions bien restés plus longtemps, le temps de faire des randonnées, des plongées, mieux découvrir leur musique, de prendre des cours de guitare pour Martial, d’échanger encore des sourires …. « Petit pays je t’aime beaucoup » chantait Césaria …nous aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>