MINIATURE

40.St LUCIE

Nous partons de St Vincent à 7h30 sous une petite pluie fine. Le vent monte à 25-30 nœuds (3/4 avant cela devient une habitude !!). Ca booste à 9 nœuds et c’est là dans le canal entre St Vincent et St Lucie que le repas de midi arrive : un barracuda se prend à notre ligne !

 

 

Nous arrivons entre les 2 les deux pitons caractéristiques de St Lucie

 

Et c’est à cette distance que nous nous faisons aborder par des boat-boys. Ils insistent pour nous aider à prendre une bouée, nous déclinons leur offre. ½ h plus tard au moment de rentrer dans la baie, ils reviennent à la charge. Ils se font insistants et comme je m’énerve un peu, ils vont se poster à la seule bouée restée libre et ils nous sifflent !! L’endroit est très beau mais cet entêtement nous mets mal à l’aise et nous décidons de continuer notre route.

 

 

Nous jetons notre ancre à l’anse Cochon devant un hôtel assez luxueux (qui nous fournira un bon wifi)

 

 

Des boat-boys cherchent à nous vendre des coquilles de lambis (qui sont jetés par les pêcheurs et qui jonchent les plages) et autres attrapes touristes. Mais là heureusement ils n’insistent pas… surtout qu’il y a beaucoup plus lucratif : des énormes catamarans qui baladent des touristes à la journée

 

 

Nous serons les seuls à passer la nuit là avec une petite houle de travers qui nous berce (dans ces moments là on est contents d’avoir un catamaran)

Le lendemain nous partons pour Marigot bay. Sur la route nous traversons un grain important, on ne voyait plus le bout du bateau et évidemment pas question de rentrer dans l’étroit goulet de Marigot. Mais heureusement cela ne dure pas sous ces latitudes, la cote est à nouveau visible et nous pouvons mouiller à l’entrée.

 

L’endroit est un goulet avec au milieu une langue de sable et de beaux palmiers.

Après le repas sous des averses quelques visites de boat-boys nous descendons au port pour une petite visite aux autorités.

L’endroit pourrait être aux Etats Unis, tout est clean avec des boutiques de souvenirs.

 

 

Nous partons le lendemain direction Rodney Bay. Sur la route nous dépassons un important dépôt de carburant

 

On s’attendait à une île pauvre nous découvrons peu à peu une île avec de beaux hôtels, de belles maisons…et qui fournit du gazole à l’état de St Vincent.

Nous décidons de faire un tour dans la baie de Castries visiblement touristique.

 

 

Et nous finissons par jeter notre ancre à Rodney Bay.

 

C’est une grande baie au nord de l’île où un port a été construit dans la lagune.

 

Il y a de nombreux bateaux mouillés dans la baie essentiellement en provenance de Martinique.

Nous allons faire un tour dans le port. Après le passage d’un goulet on arrive dans une lagune bordée de belles maisons avec parking à scooter des mers !!

 

D’un autre coté il y a deux vieux gréements transformés en restaurants

 

Le long des quais des restos BCBG un peu cher….

 

On est fin novembre et les décors de noël sont déjà là, mais version tropicale

Le lendemain on fait un tour « technique » à terre : recharge des bouteilles de gaz (pour 10€ !! on fait le plein), quelques courses bricolage, par contre les fruits et légumes sont vendus à domicile, au mouillage.

 

 

Il y a même de la concurrence

 

Le jour suivant nous avons retenu un taxi pour la journée pour faire le tour de l’île.

La partie nord de l’île est la partie huppée avec de belles maisons

 


Nous traversons la capitale Castries, ville de contraste entre bidons –ville

et usines à touristes (3 cargos sont présents ce jour là !!)

 

Nous passons ensuite parle « mont des milliardaires » sur les hauts de Castries où l’on découvre l’Elysée locale : le gouvernement house

 

 

 

Une ancienne garnison transformée en lycée et écoles

 

 

 

Notre taxi nous emmène dans les zones hyper touristiques : nous arrivons au dessus de Marigot Bay dans un bar avec une très belle vue. Il y a là déjà au moins 2 bus de touristes tous blancs avec leurs guides. A l’extérieur des rastas sont cools à l’arrivée, vous « donnent » des oiseaux en feuille de cocotier (tressés en 2 mn) et à la sortie vous demandent de payer…et en cas de refus

Le tourisme de masse aurait il déjà « gaté » l’ambiance de St Lucie ?

Nous poursuivons notre route vers le sud de l’île moins riche que le nord. Un petit stop dans la maison d’un sculpteur de masques

Nous en retrouverons un peu partout sur l’île, c’est un artiste emblématique de St Lucie.

Notre taxi nous arrête pour « admirer » une cascade toute à fait quelconque mais dont l’entrée est payante !! 6€ par personne !! Je commence à me dire qu’ils confondent touristes et vaches à traire

 

Nous partons déjeuner à la petite ville de la Soufrière, avec sur la route des vues superbes sur les pitons

 

 

 

Et heureusement le restaurant est une (très) bonne adresse : superbe vue mer-pitons

Nous nous sommes régalés d’un délicieux « roti » (curry de poisson et légumes le tout dans une crêpe) au son d’un steel Band

Nous avons fait le plein de ….

 

Vitamines sea évidemment !!

Cela aurait pu être pire

 

L’après midi nous partons pour « le parc Sulphur Springs » au cœur de la soufrière. Ici, nous découvrons le seul cratère volcanique encore en activité qui est accessible en voiture, enfin en principe car il y avait tellement de véhicules lors de notre passage que cela bouchonnait (digne d’un périphérique parisien !!) et que nous avons finit à pieds. Cela m’a permis de remarquer des plaques d’immatriculation

 

et de discuter avec une grand-mère Portoricaine (en croisière) plus intéressée par l’ombre et ce qu’il y avait à boire que par le volcan.

C’est la zone géothermique la plus chaude et la plus active des Caraïbes. Le volcan de Sulphur Springs n’est aujourd’hui qu’endormi. Les fumerolles, les jets de vapeur et le bouillonnement des sources d’eau jusqu’à 172°C en sont impressionnants. Nous avons eu une guide qui parlait un peu français : tant que cela fume, cela n’explose pas ! Ouf aujourd’hui ça fume ! J

 

Il règne une « délicieuse » odeur de souffre qui nous prends à la gorge. Des gens se badigeonnent de boues sulfuriques


 

et se plongent ensuite dans des bassins d’eau chaude

 

Il parait que cela soigne …. mais quoi ???

Certes ce lieu est extrêmement touristique (6-7€ l’entrée) comme le reste des activités proches de la Soufrière et des Pitons … mais le site est classé au patrimoine mondiale de l’UNESCO !!! Ceci explique cela ….

Un peu plus loin nous croisons un magnifique stade ….qui n’a jamais servit. Et comme la mairie n’avait plus d’argent pour faire un hôpital ….ils l’ont installé sous les gradins !!

 

Une des spécialités de l’île est le ketchup de banane (très bon, épicé).Notre guide nous emmène directement à l’usine où nous faisons le plein de délicieuses sauces.

 

Nous passons devant la brasserie locale. Ici est fabriquée la bière Heineken et la Piton mais les pub précisent bien que seule la Piton est entièrement locale.

 

Nous rentrons par la cote au vent moins touristique.

 

Le lendemain nous partons pour Pigeon Island au nord de la baie.

C’est une île qui est devenue une presqu’île : quand ils ont dragué la lagune pour construire le port, ils ont comblé le passage.

 

 

Tout en haut il y avait un fort d’où les Anglais surveillaient les français en Martinique.

 

 

Il faut grimper mais la vue est magnifique

 

 

 

 

 

Lors de nos ballades nous avons trouvé 2 nouveaux noms « rigolos »de bateaux

 

 

 

Nous partons le lendemain pour la Martinique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>