12.Mindelo

Nous décollons de Santa Luzia en début d’après midi pour rejoindre Mindelo par le Nord de Sao Vincente.

CARTE mindelo

Nous galérons moteur à fond contre le vent et le courant pour remonter jusqu’au nord de Sao Vincente heureusement que la route est courte.

Arrivée au mouillage de Mindelo vers 17h

En démarrant ces lignes je me rends compte que j’ai peu de photos, que ce sera difficile de retranscrire Mindelo. Ce n’est pas un endroit magnifique mais quelle ambiance, que de beaux souvenirs dans cette petite ville.

Après une journée passée au mouillage, nous nous mettons à quai. La marina est construite sur des pontons flottants reliés entre eux avec aucune protection face à la houle de la baie. Plus on s’éloigne du point d’attache à terre, plus le mouvement des pontons est amplifié, associé à une météo assez mouvementée …il y a eu des jours où j’ai eu du mal à marcher droit sur les quais (état biture avancée++ dès le matin !). Cette marina a été crée par des allemands : l’organisation est efficace et sans concession.

Au fur et à mesure la marina s’est remplie, c’est LE coup de feu de l’année pour eux : que les bateaux aillent sur l’arc Antillais ou en Amérique du sud tous ceux qui sont dans les parages veulent passer les fêtes de fin d’année de « l’autre coté ». C’est une ambiance que je n’avais jamais rencontré sur des quais (et pourtant cela fait longtemps que je traine mes bottes dans des ports). Tous les bateaux ici sont de passage. Tous ont déjà fait un long voyage depuis l’Europe (80% sont Français, les 20% restant sont Autrichiens, Norvégiens, Anglais etc.…). Tous ont une histoire, une anecdote à raconter. Tous (ou presque) ont quelque chose à réparer, à améliorer en vue de la traversée. Tout le monde à un copain ou un voisin pour lui donner un tuyau ou un coup de main. Il règne une joyeuse effervescence. On est loin de la crise économique, des problèmes politiques, de l’hiver et du froid qui rentre en France.P1010537.JPGP1010536.JPG

Ca c’est la vue que l’on a du bateau à quai sur la ville.

 

 

 

 

 

 

  •  Nous n’échappons pas aux réparations :

-A Tarrafal Martial s’est rendu compte que notre hélice bâbord bouge. Avec l’aide de Gilles il la démonte sous l’eau : un boulon de l’axe s’était débloqué, entrainant un jeu. Tout est remonté et tient bien maintenant.

– Le réparateur Raymarine (qui est aussi le fondateur de la marina) est installé dans la marina. Comme à Lanzarote il vérifie tout, tout est bon …il va demander à Raymarine par email…nous n’aurons jamais la réponse (coupure de jus, perte de ses emails etc…et surtout débordé). Pour les non marins, Raymarine est la marque de notre AIS que nous cherchons toujours à faire réparer.

-L’électricité du port est faible : la machine à laver a du mal à tourner sans faire sauter le disjoncteur. On décide de lancer le groupe pour enfin finir la machine. Rien à faire .Gilles et Martial démontent, nettoient, remontent, redémontent…rien à faire. On fait appeler l’homme le plus demandé de la Marina « César », LE mécano. Il recommence : démonte, nettoie remonte… rien. Il part avec un injecteur pour le nettoyer « à l’atelier ». Le lendemain son emploi du temps de ministre lui permet de tout remonter qu’en fin de journée. Et très péniblement le groupe se remet en route. Nous partons 2 jours sur Sao Antao avec un doute …et au retour le lundi matin le canard était toujours vivant et le groupe en panne ! César ô César est dépassé et appelle donc un copain qui vient après son propre boulot. Et oh miracle, il trouve qu’un ressort de l’ouverture de gazole reste bloqué, n’alimentant pas assez le moteur ! Là seulement on pousse un ouf de soulagement, on a vraiment trouvé le Pb. Il faut savoir que sans le groupe on n’est pas autonome en énergie, les panneaux ne suffisent pas.

  • Du coté des femmes on se refile les adresses : une bonne boulangerie, marché aux légumes, marché aux poissons… tu as vu du beurre quelque part ? Je suis très agréablement surprise de tout ce que l’on trouve à Mindelo.

P1010528.JPG P1010529B.jpg

Bien sûr on ne trouve pas de baguette à l’ancienne à la boulangerie mais on s’est régalé de petits pains à la farine de mais. Contrairement à ce qui est annoncé dans les guides on trouve des yaourts (avec toutes sortes de parfums, morceaux de fruits, 0%, etc.….) délicieux qui ont le gros avantage d’être de longue conservation (comme chez nous le lait) même pas besoin de les garder au frigo !! J’en fais un gros stock en me demandant pourquoi ils n’existent pas dans nos pays modernes.

Au marché aux poissons j’ai acheté une grosse tranche de thon rouge (2 repas à trois) pour 4€ !! Évidemment péché le matin même.

J’ai aimé aller acheter les légumes : on trouve là aussi beaucoup de produits (j’ai acheté des avocats magnifiques, des radis roses, pommes, poires etc.….) Les vendeuses sont assises sur les trottoirs, avec leurs bassines débordantes de couleurs, le tout dans une délicieuse odeur de coriandre et dans une ambiance bon enfant.

Même l’achat de la bouteille de butagaz a été un plaisir : je repense à notre dernière bonbonne achetée en France avant notre départ à 26€, tout en payant 5.80€ avec en prime le sourire d’un beau cap verdien.

  •  Les soirées- resto. : on y a surtout mangé du poisson, langoustes. Les prix sont très abordables.

P1010535B.jpg P1010534B.jpg

Un des incontournables Pica-Pau dont les murs sont recouverts de petits mots de compliments de convives venus des 4 coins du monde.

Le nautical club à la sortie de la marina où tous les soirs un petit orchestre vient jouer. Nous y sommes allés pour manger, et nous y sommes retournés pour boire un verre en écoutant la musique …cela vaut bien tous les programmes de star académie.

La veille du départ on mange chez Loutcha qui organise 2 fois par semaines des soirées cap verdiennes.

P1010654B.jpg

Le repas était très bon mais ce qui m’a impressionnée c’est la qualité musicale. C’est largement du niveau de certains concerts sur la cote d’azur où l’entrée est payante.

Après le repas nous discutons avec un couple d’habitués : des Français installés à Mindelo. Ils sont venus pour la musique, sont devenus amis avec Césaria Evora. La larme à l’œil en nous parlant de l’hommage qui va lui être rendu à l’occasion de l’anniversaire de sa mort. Ils nous confirment ce que nous avions déjà compris : la qualité de vie, de la musique, la gentillesse des gens . Eux en tous cas ne veulent plus repartir.

  •  La vie sur les quais : Adrien se ballade sur les quais avec les autres enfants. Ils sont invités à visiter les bateaux dès qu’ils posent des questions.

P1010672B.jpg Visite de Thétys (magnifique bateau) par les enfants

P1010679B.jpg

P1010678B.jpg

P1010676B.jpg

Visite du « bateau de pirates »

P1010671B.jpg

P1010681B.jpg

Adrien et Alexis de Tiplouf

Un petit groupe se forme et ils s’organisent une soirée spéciale ados (pendant que les parents sont au resto.) pizza-coca !! La fête.

Je retrouve avec joie le couple de Québécois rencontrés aux Selvagems : on se prend des nouvelles, on se raconte les difficultés, les escales.

P1010651B.jpg P1010652B.jpg

Des pécheurs nous vendent même des langoustes sur le quai.

  •  Le départ : Le tempsest propice au départ. On est plusieurs à partir le même jour : Ulys et Jad pour les Antilles, Getaway et nous pour Brava (escale avant le grand saut pour le Brésil), Matmat nous a précédé de 24h sur Brava.

Sur le quai l’effervescence est à son comble, on échange les adresses (mail), derniers conseils, anecdotes, on s’embrasse, les larmes commencent à couler…

Au départ de Jad chaque enfant à une corne de brume dans la main et c’est sous un concert de klaxons qu’ils larguent les amarres

P1010664B.jpg P1010670B.jpg

Que de bruit, que d’émotions, que de souvenirs ….

Voila c’est à notre tour

P1010682B.jpg

Les derniers sourires d’enfants et nous pointons nos étraves vers le sud

Adrien a les yeux rouges ……

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>