MINIATURE.

7.SAL

Dakhla

Sal

Départ du port de Dakhla Samedi à 8h, sortie de la baie en compagnie de Getaway et de quelques bateaux de pêche. Nous ne pouvons pas nous empêcher d’emmener 4-5 mouches en souvenir … que nous remercierons sur la route.

Parasailor monté vers 10h, affalé à la nuit. On croise pas mal de bateaux de pèche avec leurs centaines d’oiseaux tout autour.

Le lendemain on relance le parasailor, le vent forcit, la mer se creuse, les vagues sont l’ordre de 6 mètres heureusement par l’arrière.

Les surfs à 14noeuds deviennent banalité. Mais quand Martial voit s’afficher au GPS 19.6 noeuds là on serre les fesses, le bateau surfe dans des gerbes d’écumes au niveau des étraves de 2 mètres de haut : on n’est pas fiers. Ce jour là on a avalé 190 Milles.

La suite du voyage sera plus calme, la mer s’aplatie, le vent chute à 15 nœuds.

Le matin on ramasse les poissons volants, venus s’écraser sur le pont dans la nuit.

Arrivée à Sal notre

première ile du Cap

Vert (la plus au nord

Est)

L’archipel du Cap Vert est formé de 10 grandes iles et 4 petites, formant un fer à cheval ouvert à l’ouest de 4033km².Ce sont des iles volcaniques (la dernière éruption date de 1995 sur Fogo). Le Cap vert a toujours été pauvre (manque de pluie, déforestation etc.…) est aidée par la communauté internationale en particulier par l’Europe qui est son premier partenaire commercial. Le tourisme se développe aussi grâce à des plages magnifiques et des montagnes spectaculaires. L’archipel est en tête des pays d’Afrique de l’ouest en matière de qualité de vie.

Le Cap vert, anciennement portugais est indépendant depuis 1975, c’est un des rares pays d’Afrique à être devenu indépendant sans effusion de sang. C’est une démocratie stable.

Nous jetons l’ancre dans la baie de Palmeira le mardi à 17h, on est quasiment aussi collés que dans un port.

Pour info. le monsieur en bas de la photo a péché un petit requin.

Monique (de Getaway bateau rouge mouillé derrière nous) arrivée juste avant nous, prends une photo de nous 3 avant l’apéro.(il faut bien fêter notre arrivée )

Le lendemain matin les hommes partent à l’aéroport (très proche) pour faire les formalités d’entrée (heureusement beaucoup plus faciles qu’au Maroc)

L’après midi ballade au village .Les maisons sont joliment peintes

.

Les Cap Verdiens sont plus fins que les africains et sont très accueillants

Le taux d’alphabétisation est supérieur à 77% de la population surpassant de très loin ceux des pays voisins.

C’est l’ile qui se développe le plus au niveau touristique grâce à ses plages et ses amateurs de windsurf et kite surf (un championnat y est organisé chaque année)

Le lendemain nous décidons de faire le tour de l’ile en quad. L’ile fait 30 sur 12km seuls les 2/ 3 de l’ile est accessible.

Un grand merci à Michel qui fait équipe avec Adrien et qui le laissera conduire dans les coins déserts et grâce à qui Adrien a réalisé un de ses rêves.

Visite sur la cote est de Pedra de Lume village qui vit grâce à ses salines.

Les Salins du midi assuraient l’exploitation jusqu’à l’indépendance du Cap Vert. A l’époque on acheminait le sel jusqu’à la mer par un genre de téléphérique aujourd’hui désaffecté.

Tout est à l’abandon au bord de mer et hommes sont désœuvrés

Le sel se forme naturellement dans un ancien cratère volcanique par infiltration d’eau de mer

L’accès se fait par un tunnel creusé en 1804 à l’intérieur du volcan.

Ensuite très belle ballade sur la cote est déchiquetée et déserte

Et visite du St Tropez mode cap verdienne : Santa Maria au sud où nous avons loué nos quads

Notre première ile cap verdienne nous laisse de supers souvenirs et paysages dans la tête et …

Adrien est ravi de son expérience

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>