miniature nord

55.DOMINIQUE NORD

Après Statia nous poursuivons notre route vers le sud : St Kitts, Nevis, Montserrat, sans mettre pied à terre, et enfin la Guadeloupe. Adrien et moi resterons au port de Ponte à Pitre une 10ene de jours le temps que Martial aille fêter les 100 ans de sa grand-mère.

Nous aurons deux faits marquants : le premier c’est l’arrivée de Salvatore que nous avions croisé à Marie Galante. Grâce à lui nous passons deux super soirées : il invite les voisins qui nous font un véritable concert deux guitares et trois chanteurs, moments magiques. Salvatore a promis à ses copains d’être à Salvador de Bahia pour la coupe du monde de foot: 5400milles face aux vents et courants et seul à bord. Et il l’a fait !! il en a bavé, son bateau s’en est sortit sans trop de casse, chapeau et bon vent pour la suite de tes voyages l’artiste.

Le deuxième c’est une réunion d’internes des hôpitaux. C’est difficile à décrire tellement cela dépasse l’entendement, seul le mot orgie me vient. Ils font le tour de Guadeloupe en une semaine sur des bateaux loués, ça c’est le prétexte, la réalité c’est qu’ils viennent pour se défoncer : et dire que ce sont eux qui soigneront nos vieux jours !!

aucun respect des bateaux, écœurant pour tous les marins qui les regardent partir avec soulagement.

Après une radio au centre ville de Pointe à Pitre (mémorable), nous libérons le poignet d’Adrien.

Après cette petite pause nous partons pour la Dominique. La traversée fut houleuse avec des grains, génois, 1 /2 génois, plus rien moteur, génois….le bonheur de naviguer sous les grains ¾ avant !!

Nous arrivons à Portsmouth au nord Ouest de la Dominique en milieu d’après midi et à un mille de l’arrivée Albert (boat Boy de profession !) vient nous voir

Mais il n’insiste pas trop, n’est pas trop lourd. Du coup quand il revient à la charge le soir nous sommes plus réceptifs. Il nous explique où se trouve les autorités, le grand marché c’est le samedi et nous propose ses services pour aller visiter l’Indien River.

La Dominique fut découverte en 1493 par Christophe Colomb (toujours lui), un dimanche d’où son nom (un peu en panne d’imagination Christophe ?). L’île est une réunion de volcans très pentus, érodés par plus de 200 rivières et cascades. Ile escarpée, cathédrale de verdure, elle abrite 172 espèces d’oiseaux et possède une faune et une flore riches.

Le gouvernement facilite les formalités d’entrée aux navigateurs qui veulent bien s’arrêter : entrée et sortie en même temps (si on reste moins de 15 jours), douanes et immigration dans le même bureau et petits frais. Ils ont la palme de la clearance la plus agréable.

Nous partons le lendemain avec Albert (comme promis) visiter l’indien River. C’est une rivière où il est interdit d’utiliser un moteur, tout se fait à la rame à partir de là :

On est tout de suite dans l’ambiance

Premier bras de rivière nous découvrons une cabane, montée de toutes pièces pour « Pirates des Caraïbes 2 »

Albert nous parle des arbres : ceux qui soignent, ceux qui permettent de faire des bateaux comme le sien, ceux qui font les maisons etc….et nous montre un crabe de rivière

Une aigrette

Un pigeon (« à cou rouge ») qui préfère des zones boisées et humides à nos villes !!

Un crabier migrateur

Et un ??….

 

Séchage en vue de la confection d’un toit

A partir de là les barques ne passent plus

Il y a un petit snack qui malheureusement est fermé ce jour là

On continu un peu à pieds

 

Une sauterelle qui imite une feuille

Quand nous entamons la descente, une musique nous interpelle

C’est un ramasseur de cocos, qui c’est taillé un pipo dans un bambou et en joue remarquablement bien !! Il nous offre des cocos secs, Adrien adore (il faut dire que son T-shirt à l’effigie de Bob Marley a encore fait sensation, un vrai sésame !)

Albert nous parle de son enfance où le coco servait pour tout : huile, alimentaire, ustensiles de cuisine, combustible, etc ….

Ce fut une jolie ballade qui valait le détour

Le lendemain nous partons avec Winston(recommandé par Albert) pour faire en voiture le tour de la moitié nord de l’île. La route s’élève très rapidement, l’air devient frais

Nous passons Coté Atlantique (=est) de l’île où la moindre parcelle, même la plus improbable est cultivée : la Dominique, ayant du mal à développer son tourisme est le potager de ses voisines françaises (Martinique et Guadeloupe)

Je fais un aparté : sur le poteau il y a un drapeau rouge et tous (ou presque) de la Dominique ont un drapeau rouge ou bleu. Les rouges pros gouvernementales et les bleus antis. La politique s’affiche clairement.

Watson qui parle un français qui nous demande de la concentration pour le comprendre, nous arrête à chaque point de vue avec un fier « amuse ton photo » qui nous est resté et qui en fin de journée fera partir en fou rire mes hommes.

 

Nous allons voir une vieille église, en cours de rénovation, dont les peintures racontent l’arrivée de Christophe Colomb et la colonisation de l’île

Tout le long de la route il y a des petits stands qui vendent leur production

Nous leur achetons des ananas délicieux

Watson ne trouve pas de restaurant ouvert pour le déjeuner, mais nous passons par un village indien (on a du mal a voir la différance, quelques visages sont plus typés mais la plupart sont métissé) où nous nous arrêtons pour acheter une Kassav au coco. C’est une galette faite à base de farine de manioc et de coco très bonne mais qui tient bien au corps. Il faut boire pour faire descendre tout ça mais la bouteille d’eau avec laquelle on est partit est rapidement sèche. Watson nous arrête boire une eau de coco fraiche, un délice

Il faut parfois partager la route

Nous faisons un petit stop aux « Jacko Falls » au centre de l’île : rafraichissant

Et repassons coté Caraïbe (= ouest) de l’île

Cette petite ville s’appelle Méro et toute la petite montagne au dessus est recouverte de citronnelle ! on le sent en passant en voiture ! c’est aussi la plage préférée des Dominicains

A l’arrivée par le sud de Portsmouth nous passons par un immense et très moderne campus universitaire : c’est une université américaine de médecine avec des immeubles tout autour pour loger tout ce petit monde. Surprenant et très décalé.

Avant de partir de Portsmouth nous partons au nord de la baie visiter le Fort Shirley

Il a était rénové

Les canons (qui n’ont jamais servit !) étaient orientés pour défendre les bateaux qui mouillaient dans la baie. (Toujours les guerres entre Anglais et Français)

Nous quittons Portsmouth pour la capitale Roseau au sud ouest de la Dominique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>