MINIATURE 1

49. TOUR DE GWADA

Nous quittons Montserrat et grâce à la vigilance et au sens marin des hommes du bord nous atteignons Deshaies au nord Ouest de la Guadeloupe en début d’après midi.

Nous sommes toujours sans groupe donc « faire du dessal’ » est quasi impossible. Nous réussissons à nous mettre le long d’un quai qui sert normalement au débarquement des annexes et nous feront le plein d’eau au club de plongée qui occupe le bout du quai !! Original mais efficace.

 

Nous ferons ensuite une pause aux Saintes où nous voyons passer un « bel oiseau »

La conversation est sur écoute, des espions sous la plateforme?

Le lendemain petite plongée autour du pain de Sucre pour certains

Cned pour d’autres : difficile de se concentrer dans ce contexte…

Nous avons eu une divergence de vue du coup j’ai fais ma plongée seule (je sais ce n’est pas bien…mais tellement bon !). J’ai réveillé une énorme tortue qui dormait la tête dans une grotte, je suis restée 10mn côte à côte avec une grande raie Aigle qui fouillait le sable avec son bec, des rencontres magiques  J . Par contre nombreux débats autour du poisson lion qui est ici un parasite sans doute amené par l’homme.

Nous aurions aimé aller nous balader au village mais le mouillage est interdit et impossible d’avoir une bouée (c’est le weekend et il y a un monde fou)

Nous partons donc le lendemain pour Pointe à Pitre où J.Paul et Anne Marie nous quittent pour rejoindre des copains qui habitent la Guadeloupe.

Nous nous payons 3 jours de marina pour refaire les niveaux : 8 machines, 3 à 4 allers retours au supermarché voisin, grand nettoyage. J.Paul réceptionne notre inverteur chez ses copains et nous l’amène (même si la pièce est sous garantie nous payons beaucoup de frais de douanes et de transport !! rougnougnou ce groupe !).

Ylang est à nouveau prêt pour de nouvelles découvertes mais avant de repartir nous visitons un peu la Guadeloupe.

J.Paul et Anne Marie ont eu une voiture et nous emmènent faire un tour de Grande Terre. Nous nous arrêtons à la « pointe des châteaux », la pointe le plus à l’ouest de la Guadeloupe. C’est le site naturel le plus visité de la Guadeloupe.

Une petite grimpette jusqu’à la croix et nous découvrons une vue à 360°

Nous déjeunerons à St François petite ville très touristique. Ce jour là j’ai fais 2 photos !

Dédicace spéciale à Marianne qui collectionne les panneaux originaux ! …il y en a d’autre comme ça en France ou bien c’est une pièce unique ?

Je ne pensais pas que cela existait encore…en France !

Deux jours plus tard nous réussissons à louer une voiture (non sans mal c’est la haute saison et elles sont prises d’assaut). Nous partons pour Basse Terre cette fois ci : la route de la traversée de petit Bourg à Mahaut. C’est luxuriant (oui, oui Fabrice !). Petit arrêt à la cascade aux écrevisses très touristique (accès handicapé !!)

Et sans grand intérêt

C’est sur le parking que nous ferons une petite découverte

Et en rentrant le soir nous aurons la version maritime !

Sur le chemin du retour nous nous arrêtons dans une fabrique de café

De la plante au séchage sous la maison sur des plateaux que l’on rentre quand il pleut

 

Mais ce qui m’a le plus marquée c’est la légende du café

 

 

C’est la fin de journée, nous faisons une pause dans une rhumerie à qui je décerne le prix de la plus rebutante des rhumeries que nous avons visité

beurkkkk

Le lendemain nous avions décidé de faire une randonnée, le sommet de la soufrière étant toujours dans les nuages, nous visons moins haut : la 3ieme chute du carbet.

Il a pas mal plut ces derniers temps et nous progressons dans la boue mais au bout du chemin une belle récompense

Adrien n’y a pas résisté

Petite rencontre

Cette belle randonnée nous a ouvert l’appétit. Nous nous arrêtons au premier snack que nous trouvons sur la route. Et au milieu du repas nous avons une grosse surprise : Arantxa et Pantxo rencontrés à Jaoa Pessoa (sur Bande à Part le « plus petit bateau de la marina ») arrivent avec toute leur famille. C’est une grande joie de les retrouver, on se donne des nouvelles, échanges d’infos. Bon vent à vous pour la suite de vos projets.

Arrivée à la marina une autre surprise nous attend : Christian est là sur son Birabao. C’est l’heure de l’apéro.et du coup nous passons la soirée sur son bateau à se raconter nos dernières aventures (et mésaventures) respectives , grosses rigolades (Le punch de Christian est redoutable ! J)

C’est toujours un grand plaisir de retrouver des « bateaux copains » que l’on a croisé quelque part, pour certains on s’émail régulièrement, pour d’autres c’est le hasard des rencontres, mais on a toujours pleins de bons moments à partager.

Il y a des soirs où les grues de port de commerce de Pointe à Pitre prennent des allures de girafes dans la savanne …j’en vois certains avancer l’idée d’un effet secondaire du rhum…

Nous quittons Pointe à Pitre le lendemain pour Marie Galante (qui fera l’objet du prochain épisode) où nous passeront 5 jours. Le retour ensuite vers la Guadeloupe se fera sur un trajet miné (nombreux casiers de pêcheurs) , au prés avec en prime un gros grain qui nous rinse…que du bonheur J . L’arrivée à St François est une passe (étroite avec des vagues qui déferlentes sinon c’est pas drôle) qui s’ouvre sur un petit lagon.Un peu sport comme entrée mais le mouillage (sur bouées) est d’autant plus agréable.

Les couleurs sont magnifiques

St François est une cité balnéaire touristique tout ce qu’il faut pour passer de bonnes vacances :un golf, son petit terrain d’aviation, des sports nautiques et…..des créperies !!

A la première fenêtre météo nous remontons la côte au vent de la Guadeloupe.

Nous pouvons contempler la pointe des Chateaux de la mer

C’est à ce moment qu’ Ylang Ylang dépasse ses 11111 Milles….pas mal pour son âge J

Puis des côtes plus sauvages

Nous contournons la pointe nord ouest de la Guadeloupe, traversons (encore) un champs de mines et allons nous mouiller à Port Louis.

Nous descendons à terre dans le but de visiter et de se trouver un bon petit resto.

Nous n’avons pas sû si c’est comme cela tous les dimanches soirs (oui on est dimanche) ou si il y a eu une alerte à la bombe, une finale de foot ou bien?? …mais l’ambiance est un peu délabrée, sinistre, ringuarde…. à l’image du cinéma local

Voici les seuls êtres vivants que l’on a croisé

Retour au bateau déçus et ….affamés!! :-(

Nous ne voulions pas quitter Gwada (c’est son surnom) sans faire un tour à l’îlet Caret. Il n’y a pas une brochure touristique qui ne propose une excursion à l’îlet Caret, notre curiosité est piquée.

Les deux ailes du papillon qui représentent la Guadeloupe sont séparées par la « rivière salée » que plus aucun bateau ne peut emprunter car les deux ponts qui l’enjambent ne se lèvent plus ( !) Au nord, la rivière salée débouche sur le Grand Cul-de-sac marin. C’est une réserve naturelle, vaste lagon, délimité dans sa partie maritime par le plus long récif corallien des petites Antilles (25Km)et dans sa partie terrestre par la plus large ceinture de mangrove. L’îlet Caret appartient à ce récif corallien

Et il n’y a pas grand monde quand nous arrivons

L’îlot se charge au fur et à mesure que la journée avance (et encore on est en semaine) , mais Ylang est mouillé à l’écart et nous profitons du snorkling.


Les deux coquillages sur la gorgone s’appellent monnnaie Caraïbe, servaient aux échanges d’autrefois.

Nous retournons nous mouiller à Port Louis en passant par le chenal de sortie de la rivière salée.

Le lendemain nous partirons pour St Barth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>